Radio Karna
    www.galid.com

    Le projet « Eau pour tous »

    L’événementiel au service d’un projet de développement…


    Le projet « Eau pour tous »

    Le projet « Eau Pour Tous », mis en place en 2006, a pour objectif principal de répondre aux besoins d’accès à l’eau potable émis par les habitants de Pella, village reculé du Burkina Faso.

    Ce projet est le fruit du partenariat entre l’association française Karnaval Humanitaire, l’AJS Faso et depuis cette année, du YAAM International. Cette collaboration est née de l’envie d’action et de la volonté des bénévoles du Karnaval d’être porteur d’un projet de solidarité aux dimensions humaines. Ils ont alors contacté l’AJS Faso qui leur a confié le projet « Eau pour Tous» qui n’avait jusqu’alors pu voir le jour par manque de moyens.

    Le projet « Eau pour tous »

    Des actions bilatérales et concrètes sont menées, ayant pour but l’amélioration des conditions de vie des villageois de Pella par la construction de structures hydrauliques et par un chantier d’été animé par les bénévoles du Karnaval et de l’AJS. Cette dernière démarche est également pour tous les acteurs du projet source d’enrichissement personnel et d’échanges culturels.

     

    Les acteurs du projet

    Le Karnaval Humanitaire est une association étudiante (loi 1901), créée en 1992 et rattachée à l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon. L'association combine des actions d'animation et de sensibilisation au niveau local et d'aide au développement au niveau international.


    A ses débuts, le Karnaval reversait les bénéfices d’une soirée de spectacles ainsi que des denrées alimentaires, issues de collectes, aux Restos du cœur. Notre association a ensuite financé pendant plusieurs années un projet de l'association Zamsgo œuvrant pour l’éducation au Burkina Faso. La quasi-absence de communication, le manque d’implication de ce partenaire en plus de l’ampleur que prenait notre festival (on estime qu’environ 8000 personnes ont été touchées par la manifestation lors de la 20ème édition) nous ont poussé à devenir porteur de notre projet de solidarité international mis en place depuis six ans sous le nom « Eau pour tous ».


    Le projet fût mené jusqu’en 2011 en partenariat avec l'association AJS (Association Jeunesse Solide). Cette association, qui existe depuis 2000, menait alors différents projets au Burkina Faso (bibliothèque de quartier, chantiers estivaux, soutien scolaire...). L'AJS Faso a longtemps constitué notre relais avec les villageois de Pella dans la communication et la maîtrise d'œuvre locale. Jusqu’à cet été, cette association burkinabé nous a accompagnées dans la mise en place du projet. Agir avec une association locale nous a ainsi permis de nous familiariser avec les villageois, de nous intégrer dans le village et de mieux appréhender les différences culturelles afin d’agir pour le développement de Pella.


    Ainsi, les Pellaiens sont impliqués dans toutes les phases du projet. Les décisions sont prises à mains levées lors des réunions ouvertes à toutes et à tous organisées par l’AJS Faso. Les membres du Karnaval qui se sont rendus sur place en Juillet 2007 ont aidé à la mise en place d’un comité de gestion des points d’eau tenu par le groupement des femmes du village, comité qui a comblé toutes nos espérances et même au-delà par ses capacités d’organisation et son autonomie.

     

    image005

     

    image007

    A propos de Pella

    Pays : Burkina Faso
    Province : Passoré (Nord ouest de Ougadougou)
    Région : Ouahigouya
    Commune : Samba
    Population : 6000 habitants
    Densité : très faible (étendu sur 13 km²)
    Langue : moré, français
    Climat : tropical (saison des pluies avril-juillet)
    Transport : Pas de routes bitumées,
    Scolarisation : 250 enfants scolarisés par an, école limitée à 3 classes
    Présence de points d’eau avant le projet : 4 forages et quelques points d’eau traditionnels
    Etat actuel de m’accès à l’eau : 12 points d’eau assurant de l’eau potable et propre
    Activité principale : agriculture du mil et faible commerce

     

    Bilan des actions effectuées

    image009

     

    Mai 2007


    Nos réalisations ont débuté par le busage d’un puits traditionnel et la pose d’une pompe en mai 2007. Le succès des travaux a été constaté lors du chantier d’été qui a eu lieu au mois de Juillet de la même année. Onze bénévoles du Karnaval s’étaient rendus sur place (le voyage étant à leur frais) dans le but de créer un premier contact avec les habitants. Les volontaires ont également construit un muret de protection autour du puits mais surtout, ils ont aidé à la mise en place d’un comité de gestion du point d’eau afin d’assurer la durabilité du projet.

     

    image010

    Mai 2008


    En Mai 2008, un puits busé et un forage se sont ajoutés à liste des ouvrages réalisés dans le cadre du projet « Eau Pour Tous ». A cette occasion, le Karnaval a financé la formation de deux villageois au métier d’artisans réparateurs de pompes, ces derniers ayant été munis d’une boîte à outils. Ces formations permettent à tous les puits du village munis de pompe manuelle d’être réparés gratuitement en cas de panne. Le village peut donc assurer la pérennité de ses points d’eau en toute autonomie.

    Alors que le premier chantier organisé était plus basé sur l’observation, un premier contact où chacun apprend à comprendre et connaître l’autre, le chantier d’été 2008 fut une vrai réussite, principalement sur le plan humain. Différents objectifs décrits juste après ont été mis en place sur les deux semaines où les 16 bénévoles du Karnaval et de l’AJS Faso étaient présents. Ces objectifs ont été poursuivis lors des deux chantiers suivants.
    Au cours de l’année 2009, les Pellaïens nous ont exprimé le souhait de bénéficier de forages plutôt que de puits busés.

     

    Le saviez-vous ?

    Connaissez-vous la différence entre un puits busé et un forage ?

    • Puits busé : collecte les eaux de surface, les pluviales, les humidités résiduelles, la profondeur est donc assez faible (20 mètre environs). Ces réalisations coutent moins chères mais se tarissent parfois en saison sèche.
    • Le forage : va puiser l'eau directement dans une veine d'eau souterraine, et le débit est très largement supérieur à celui d'un puits. L’eau récupérée est ainsi plus saine. De plus, le forage dure beaucoup

     

    Ete 2009


    En 2009, nous avons donc réhabilité un forage. L’année suivante, nous avons exceptionnellement pu financer deux nouveaux forages, élevant le nombre de points d’eau Karnaval-AJS à six ! Les villageois se sont alors rendu compte qu’un seul comité de gestion pour autant de points d’eau, de plus éloignés les uns des autres, n’était peut-être plus aussi efficace qu’au début du projet. Ils ont donc pris l’initiative de décentraliser l’entretien des pompes : désormais chaque pompe a un comité de gestion à sa charge. Chaque comité a son propre mode de fonctionnement (qui suit le même modèle que les comités de gestion gérés par le groupement des femmes auparavant).

     

    Années 2010-2011


    Les années 2010 et 2011 ont été pour nous deux années exceptionnelles. Nous avons en effet réussi à financer deux forages par an :

    • 2010 : un forage à Yipalla et un forage à Bollé
    • 2011 : un forage à Kombgo et un forage à Tangpooré

    Ces réalisations ont été le fruit de deux éditions de festival très réussies et de subventions exceptionnelles. De même que pour les points d’eau précédents, les villageois ont activement participé aux choix des quartiers en difficultés à aider et ont décidé eux-mêmes des emplacements les plus adéquats pour les forages.

     

    Rencontres avec les principaux représentants du village et les comités de gestion

     

    image013

    Rencontre avec les Anciens de Kombgo (2010)


    Le but principal de ces rendez-vous est de dresser le bilan avec les villageois sur les actions menées et sur celles qui seraient à mettre en place.

    Le problème du manque de structures sanitaires a été abordé par les habitants eux-mêmes. Ceux-ci ont montré qu’ils sont parfaitement conscients de l’origine des maladies et de l’insalubrité de l’eau (ruissellements, puits non fermés, manque de latrines…). De même, ils connaissent les règles élémentaires d’hygiène et d’assainissement de l’eau. Seulement, leur situation ne leur permet pas de les appliquer.

     

    Soutien scolaire


    Depuis le chantier de 2008, des cours de soutien scolaire (français et calcul) sont donnés aux élèves qui le souhaitent par les bénévoles français et burkinabés. La première année, la timidité des enfants fut difficile à vaincre, ceux-ci se retrouvant pour la première fois face à des Européens. Heureusement, celle-ci s’est atténuée peu à peu grâce à l’aide apportée par les instituteurs ainsi que la complicité qui se créait avec les enfants lors des activités de l’après-midi. Aujourd’hui, les enfants sont plus habitués à notre présence, ce qui nous facilite la tâche (bien que les premiers jours soient toujours difficiles…).

    Cependant la barrière de la langue reste une grande difficulté : beaucoup d’enfants ont des problèmes de compréhension en français, voire ne le comprennent pas du tout. Comment donc apprendre à lire en français à un enfant qui n’en comprend pas le sens ? Un autre problème est aussi que, hormis lors du dernier chantier, les classes sont toujours surchargées, avec de grandes disparités de niveaux.

     

    image015Les élèves de CE2, toujours de bonne humeur pour travailler (2010)


    Néanmoins ce contact avec les enfants nous permet d’établir indirectement un contact avec les villageois. C’est aussi pour nous un temps de partage culturel à vivre dans la joie et la bonne humeur. Nous avons donc essayé cette année de rendre ce temps plus ludique avec la mise en place d’un grand jeu, lors d’une matinée qui a permis à tous les enfants de se regrouper pour jouer à un grand jeu de l’oie. Nous avons aussi à cœur de favoriser le partage à travers des activités manuelles, des chansons (soit burkinabé, soit françaises). Ils nous semble important de concilier scolaire et jeux afin de mieux entrer en contact avec les enfants.

     

    image017

    Activités culturelles et sportives


    Des jeux et des activités manuelles sont proposés aux enfants chaque après-midi. Ils sont très nombreux à participer aux différents ateliers (danse, chant, pâte à modeler, origami, théâtre…) et aux grands jeux organisés près de l’école. Nous essayons d’organiser des jeux et activités variés, auxquels les enfants ne sont pas habitués. Ils sont chaque fois ravis de découvrir de nouveaux divertissement et de nouvelles chansons. Ces contacts avec les plus jeunes, qui représentent la moitié de la population de Pella, permettent de se lier avec eux, malgré les obstacles de la langue et de la différence culturelle.

     

    Travaux manuels


    Les deux premières années, des travaux manuels ont été organisés.

    La première année il s’agissait de construire un muret de protection au puits financé cette année là. Le hangar fut construit à la demande des femmes, les travaux s’étant effectués sous la direction d’un maçon ouagalais. Aujourd’hui, c’est un lieu de rencontre abritant entre autre les réunions du groupement des femmes, des rassemblements sur les thèmes de la santé et de l’éducation, ou les assemblées de l’AJS Pella (groupement de villageois porte-parole des Pellaïens auprès de l’AJS Ouaga, né au cours de l’année 2009/2010).

    La deuxième année, les travaux manuels constituaient d’une part en l’aménagement d’un hangar de sensibilisation et d’alphabétisation, d’autre part en la sécurisation de puits taris. En ce qui concerne la protection des puits taris, les bénévoles devaient poser des dalles en béton que les habitants avaient coulées au préalable. Ces puits, qui n’étaient plus utilisés, représentaient d’une part un danger pour les habitants et d’autre part une source de contamination pour les puits à proximité. Seulement, le temps leur à manqué et ils ont préféré laisser aux habitants le soin de sécuriser les puits à risque.

    Les années qui suivirent, aucun travail de ce genre ne fut entrepris, au regret des derniers bénévoles partis. Cette année donc nous avons trouvé un projet manuel, proposé par les professeurs et certains bénévoles burkinabés : la réparation des tables de l’école. En effet, très utilisées et souvent en très mauvais état, les bancs et tables de l’école ont étés réparées cet été par deux bénévoles burkinabés avec l’aide de français. Ce projet a beaucoup touché les villageois qui étaient très fières d’inaugurés ces réalisations. Ils ont pu voir aussi notre réelle envie de nous impliquer dans la vie quotidienne de leur village et de les aider à quelque niveau que cela soit.

     

    Sensibilisation

    image019


    Au tout début, la sensibilisation fut menée auprès des adultes lors des visites des quartiers avec l’aide des bénévoles de l’AJS qui jouaient le rôle d’interprètes. Aujourd’hui, nous profitons du soutien scolaire pour promouvoir les règles d’hygiène élémentaires mais aussi les actions que nos associations ont entreprises, pourquoi et surtout comment les enfants doivent se les approprier.

    L’événement qui se prête le plus pour nous à informer les habitants est la kermesse. Tous les ans, nous préparons de nouveaux sketchs illustrant l’importance d’éviter de boire l’eau de surface, la nécessité des latrines ainsi que les bonnes conditions d’utilisation des pompes. Le succès de ces petits spectacles ont encouragé les instituteurs, qui ont beaucoup apprécié la démarche, à continuer de transmettre ces conseils en classe.

    Il y a deux ans nous avons également installé, suite à la demande des comités de gestion, des panneaux auprès des pompes Karnaval-AJS. Ces panneaux illustrent d’un côté les bonnes conditions d’utilisation de la pompe et de l’autre la nécessité de cotiser pour avoir une pompe qui fonctionne toute l’année.

    Cette année, nous avons attiré notre attention sur les politiques de développement du Burkina et tenter de nous rapprocher de l’administration. Nous avons alors découvert la nouvelle organisation décentralisée des points d’eau des communes, grâce à la mise en place des Associations de Usagers de l’Eau (AUE). Pella est en ce moment même doté d’une AUE mais les financements manquent cruellement pour former les membres de ces assemblées participatives. Nous avons donc proposé nos services auprès de la mairie de Samba afin de regrouper les représentants des différents points d’eau, de leur expliquer la réforme et de leur présenter leur nouveau rôle dans cette organisation. Nous avons donc pris contact avec les représentants de l’AUE, nous leur avons re-expliqués leur rôle et échangé sur les manières de procéder au changement. Cette rencontre eût lieu lors d’une journée dédié à l’ « organisation et gestion des points d’eau ». Nous en avons profité pour regrouper les représentants du village, les représentants des quartiers, et de la mairie (Madame la maire n’était malheureusement pas disponible). Cette journée de sensibilisation des villageois fût très importante pour nous, pour nous permettre de faire le point sur la gestion des points d’eau et la pérennité de cette gestion.

     

    image021

    Reboisement


    Après divers essais de plantation (pourghère etc…) et discussions avec les Pellaïens, un projet de reboisement d’arbres fruitiers a été mis en place : le projet « Manguiez-moi ».

    C’est le Karnaval de Dijon, né maintenant il y a 3 ans, qui s’est occupé du projet de reboisement. Après toute une année de correspondance avec les villageois et un forestier local, le projet « manguiez-moi » a pu enfin voir le jour. Pendant le chantier de 2010, auquel 5 bénévoles du Karnaval de Lyon et pour la première fois 5 bénévoles du Karnaval de Dijon ont participé, nous avons ensemble (les bénévoles lyonnais, dijonnais, burkinabés et les Pellaïens) planté 20 manguiers qui seront entretenus par les élèves et leurs instituteurs près de l’école, et distribué 80 autres plants à des familles. Pour s’assurer que cette fois les plants résisteront, le forestier se rendra régulièrement à Pella et fera parvenir un rapport au Karnaval de Dijon. Nous avons également beaucoup insisté sur la sensibilisation.

    image023

     

    Kermesse et soirée dansante

    image027


    Tous les chantiers organisés par l’AJS Faso se clôturent par une journée de kermesse, dans une ambiance festive et conviviale, ouverte à tous les habitants du village. Un ticket coûte 25FCFA (environ 0,04€) et permet l’accès à un des nombreux jeux proposés qui, en cas de victoire, donne la possibilité de recevoir un lot. La kermesse est un moyen convivial de distribuer t-shirts, pulls et autres vêtements apportés par les bénévoles, mais aussi d’apporter des fonds pour les comités de gestion des points d’eau.

    Le chantier de 2010 a connu une nouveauté : la kermesse s’est terminée par une soirée dansante au sein de l’école. Le DJ est resté pour l’occasion. L’entrée était de 50FCFA (contre 100FCFA pour les soirées dansantes du marché).

    image025

     

     

    Journée culturelle


    Autre nouveauté du chantier de 2010 : alors que d’habitude la kermesse organisée par le Karnaval et l’AJS clos le chantier, cette année le dernier jour fut entièrement préparé par les villageois. Cette journée avait pour but de nous en apprendre davantage sur la vie de Pella et des Pellaïens. Nous avons rencontré divers artisans (forgerons, tisserands…), les Anciens nous ont « parlé » avec leur musique et la journée s’est achevée par un défilé de villageois en tenue traditionnelle. Cette année, à l’occasion de l’inauguration du forage de Kombgo, les villageois nous ont organisés une grande cérémonie et une grande fête en notre honneur : danses traditionnelles, spectacle de motos, discours et musiques, nous avons vraiment été accueillis à bras ouverts. Cette fête de remerciement nous beaucoup touchés, et témoigne de la sincère amitié entre le Karnaval et le village.

    image029

     

    Objectifs pour 2012

    L’année 2011 a achevé l’objectif principal élaboré lors de la première expertise de 2006 concernant les besoins en eau du village de Pella. Ayant atteint notre but premier, nous avons donc décidé de prendre du recul et de lancer cette année une expertise de notre projet dans sa globalité, tant au niveau technique que sociologique. Pour cela, nous avons rencontré un cabinet d’expertise à Ouagadougou, spécialisé dans les projets de développement locaux au burkina : le YAAM international.

    Le YAAM international est une équipe d’experts internationaux travaillant sur les thèmes de l’architecture et du développement des territoires de l’Afrique sub-saharienne. Géré entre autre par Sayouba Tiemtore, architecte-ingénieur diplômé des Ponts et chaussés à Paris, ce cabinet inclut aussi une association, YAAM solidarité, agissant dans les quartiers les plus défavorisés.

    Etant arrivés à terme de notre premier objectif, il nous semblait important de prendre contact avec des savoir-faire techniques et sociologiques plus spécialisés. Nous avons donc pris la décision de changer de partenariat afin de consolider notre projet. Néanmoins, nous gardons un contact régulier avec les bénévoles de l’AJS, aujourd’hui dissoute et réorganisée dans une nouvelle association, le Karnaval de Ouaga, qui cet été une fois de plus sera présent avec nous afin d’assurer le bon déroulement du camp chantier de l’été 2012.

     

    image031

    Concernant les objectifs de l’année 2012, ils concernent directement la mise en place d’une expertise précise, alliant la technique (expertise des forages, de leur qualité, de l’évolution de la qualité de l’eau, de la quantité de forage et des besoins généraux en eau), l’organisation, (gestion participative de l’eau à travers l’AUE, la gestion des comités de gestions et des réparations, véritable rôle des artisans réparateurs), l’assainissement (question encore non évoquée par notre projet mais importante du point de vue de la santé) et les questions sociales (les répercussions sociales de notre projet, les conflits qu’il a pu entrainer, les enjeux sociaux du village…).

    Ainsi nous avons organisé cette expertise selon différents critères :

     

    Vérification technique des forages :

    • Qualité technique des forages (profondeur suffisante, qualité de la pompe, du béton…)
    • Qualité des aménagements secondaires des forages (puits perdus, dalle en béton…)
    • Estimation de la durée de vie des forages
    • Nécessité d’une maintenance préventive : graissage, autres moyens d’assurer une pérennité plus grande…
    • Cause des pannes les plus rencontrées

     

    Usage et qualité de l’eau :

    • Débit des forages (comparaison avec les débits pris lors de l’installation des forages, au cours de l’année en saison sèche et pluvieuse)
    • Qualité de l’eau : comparaison avec les tests fait auparavant, comparaison avec saison sèche et pluvieuse de la qualité de l’eau, étude auprès des services d’hospitalisation des environs (progression dans les maladies liées à l’eau, apparition de nouvelles maladies, disparition d’autre…)

     

    Besoin en eau du village (quantité) :

    • Rapport entre la quantité d’eau pouvant être débitée dans le village et le besoin des villageois. (nécessité de faire d’autres forages ?)
    • Etude des allés-venus aux puits : temps d’attente, moments de la journée où l’attente augmente
    • Besoin du village en fonction des saisons (ce besoin est-il comblé même en saison sèche ?)
    • Nombre de comités de gestion correspondant au puits financé par le Karnaval

     

    Divers :

    • Gestion des autres points d’eau, non financés par le Karnaval. (Se sont-ils organisés?)
        • Financement des membres de l’AUE
            • Maintenance curative : gestion des pannes, difficultés rencontrées par les villageois lors de ces pannes, formation complémentaire pour les artisans réparateurs…

       

      L’objectif est donc de faire le point sur nos actions à Pella, d’en ressortir les points négatifs et positifs afin d’orienter à l’avenir nos futures décisions concernant le développement en eau du village. Cette expertise sera bien sûr basée sur la démarche participative des villageois par le YAAM.

       

      Votre participation dans tout ça…

      image036

       

      Ainsi l’ensemble des fonds récoltés lors de nos différents événements dans l’année sont reversés dans notre projet humanitaire directement : forage, formation des artisans, fournitures scolaire, reboisement… Il y a tant à faire… Nous avons donc besoin du soutien de chacun, pour apporter notre aide aux villageois de Pella, et permettre aux structures actuelles de pérenniser. Alors pourquoi refuser une soirée de spectacle inoubliable, un bon verre de bière artisanale, et une nuit magique sous chapiteau pour servir un projet de solidarité international…