Radio Karna
    www.galid.com

    Objectifs pour 2012

    L’année 2011 a achevé l’objectif principal élaboré lors de la première expertise de 2006 concernant les besoins en eau du village de Pella. Ayant atteint notre but premier, nous avons donc décidé de prendre du recul et de lancer cette année une expertise de notre projet dans sa globalité, tant au niveau technique que sociologique. Pour cela, nous avons rencontré un cabinet d’expertise à Ouagadougou, spécialisé dans les projets de développement locaux au burkina : le YAAM international.

    Le YAAM international est une équipe d’experts internationaux travaillant sur les thèmes de l’architecture et du développement des territoires de l’Afrique sub-saharienne. Géré entre autre par Sayouba Tiemtore, architecte-ingénieur diplômé des Ponts et chaussés à Paris, ce cabinet inclut aussi une association, YAAM solidarité, agissant dans les quartiers les plus défavorisés.

    Etant arrivés à terme de notre premier objectif, il nous semblait important de prendre contact avec des savoir-faire techniques et sociologiques plus spécialisés. Nous avons donc pris la décision de changer de partenariat afin de consolider notre projet. Néanmoins, nous gardons un contact régulier avec les bénévoles de l’AJS, aujourd’hui dissoute et réorganisée dans une nouvelle association, le Karnaval de Ouaga, qui cet été une fois de plus sera présent avec nous afin d’assurer le bon déroulement du camp chantier de l’été 2012.

     

    image031

    Concernant les objectifs de l’année 2012, ils concernent directement la mise en place d’une expertise précise, alliant la technique (expertise des forages, de leur qualité, de l’évolution de la qualité de l’eau, de la quantité de forage et des besoins généraux en eau), l’organisation, (gestion participative de l’eau à travers l’AUE, la gestion des comités de gestions et des réparations, véritable rôle des artisans réparateurs), l’assainissement (question encore non évoquée par notre projet mais importante du point de vue de la santé) et les questions sociales (les répercussions sociales de notre projet, les conflits qu’il a pu entrainer, les enjeux sociaux du village…).

    Ainsi nous avons organisé cette expertise selon différents critères :

     

    Vérification technique des forages :

    • Qualité technique des forages (profondeur suffisante, qualité de la pompe, du béton…)
    • Qualité des aménagements secondaires des forages (puits perdus, dalle en béton…)
    • Estimation de la durée de vie des forages
    • Nécessité d’une maintenance préventive : graissage, autres moyens d’assurer une pérennité plus grande…
    • Cause des pannes les plus rencontrées

     

    Usage et qualité de l’eau :

    • Débit des forages (comparaison avec les débits pris lors de l’installation des forages, au cours de l’année en saison sèche et pluvieuse)
    • Qualité de l’eau : comparaison avec les tests fait auparavant, comparaison avec saison sèche et pluvieuse de la qualité de l’eau, étude auprès des services d’hospitalisation des environs (progression dans les maladies liées à l’eau, apparition de nouvelles maladies, disparition d’autre…)

     

    Besoin en eau du village (quantité) :

    • Rapport entre la quantité d’eau pouvant être débitée dans le village et le besoin des villageois. (nécessité de faire d’autres forages ?)
    • Etude des allés-venus aux puits : temps d’attente, moments de la journée où l’attente augmente
    • Besoin du village en fonction des saisons (ce besoin est-il comblé même en saison sèche ?)
    • Nombre de comités de gestion correspondant au puits financé par le Karnaval

     

    Divers :

    • Gestion des autres points d’eau, non financés par le Karnaval. (Se sont-ils organisés?)
        • Financement des membres de l’AUE
            • Maintenance curative : gestion des pannes, difficultés rencontrées par les villageois lors de ces pannes, formation complémentaire pour les artisans réparateurs…

       

      L’objectif est donc de faire le point sur nos actions à Pella, d’en ressortir les points négatifs et positifs afin d’orienter à l’avenir nos futures décisions concernant le développement en eau du village. Cette expertise sera bien sûr basée sur la démarche participative des villageois par le YAAM.